Assainissement

Le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC)

Chaque jour, vous utilisez de l’eau pour la vaisselle, la douche, la lessive, les WC…
Après usage, ces eaux polluées doivent être correctement traitées avant d’être rejetées dans le milieu naturel. Il est de la responsabilité de chacun de veiller à ce que les eaux usées (polluées) ne portent pas préjudice à l’environnement ni à la santé humaine.


Assainissement

Une installation d’Assainissement Non Collectif, comment ça marche ?

Une installation d'assainissement non collectif comprend trois étapes :

  1. Un système de collecte des eaux domestiques usées (c'est-à-dire les eaux vannes issues des WC et les eaux ménagères) qui permet de diriger ces eaux vers l'installation d'assainissement non collectif proprement dit (en aucun cas les eaux de pluie ne doivent être raccordées à cette installation).
  2. Le prétraitement qui permet une partie de l'élimination des matières solides et la liquéfaction des rejets. Il n’élimine que 30% de la pollution !
  3. Le traitement, un dispositif d’épuration et d’évacuation des eaux usées choisi en fonction de l’aptitude des sols à l’épandage et des caractéristiques de terrain. L’infiltration des eaux dans le sol ou dans un massif de sable permet d’éliminer la pollution restante par l’action des micro-organismes qui y sont présents de façon naturelle.

Assainissement

Le SPANC, qu’est-ce que c’est ?

La création du Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) est prévue par la Loi sur l’Eau de 1992. Ces textes imposent des compétences nouvelles aux communes et EPCI en matière d’assainissement non collectif. Depuis, la loi sur l'eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 puis la loi portant engagement national pour l'environnement dite "loi Grenelle II" du 12 juillet 2010 sont venues compléter et renforcer les missions de ce service.
Les missions obligatoires de ce service consistent à procéder à la vérification technique de la conception, de l’implantation et de la bonne exécution des installations neuves ou réhabilitées ainsi qu’à la vérification périodique du bon fonctionnement.


Assainissement

En quoi consiste le contrôle périodique ?

Le premier contrôle de bon fonctionnement consiste à effectuer un diagnostic des installations afin d’identifier les dysfonctionnements et d’éliminer les sources de pollution.
Les premiers contrôles « diagnostic » des 2300 installations d’assainissement non collectif recensées sur l’AgglO ont débuté en 2006.
Comme le prévoit la réglementation, l’AgglO est tenue d’assurer maintenant la vérification périodique de toutes les installations d’assainissement non collectif.


Assainissement

Qu’est-ce que le contrôle des installations neuves ?

Le propriétaire d’une habitation équipée d’une installation d’assainissement non collectif est responsable de la conception et de l’implantation de cette installation, qu’il s’agisse d’une création ou d’une réhabilitation, ainsi que de la bonne exécution des travaux correspondants.
En conséquence, un propriétaire qui projette d’équiper son habitation d’une installation d’assainissement non collectif ou de réhabiliter une installation existante, doit faire valider son projet ainsi que la réalisation des travaux par le SPANC.


Assainissement

Le Service Public d'Assainissement Non Collectif de l’AgglO

Le service public d’assainissement non collectif (SPANC) de l’AgglO est exploité en délégation de service public par la société VEOLIA EAU.

Le SPANC a pour mission de contrôler, d’accompagner et de conseiller les particuliers concernant leurs installations d’assainissement lorsqu’ils ne sont ou ne peuvent pas être raccordés au réseau collectif.


Assainissement

Particuliers, quelles sont vos obligations ?

Si votre habitation n'est pas raccordée à un réseau public de collecte des eaux usées, vous devez l'équiper d’un système d’assainissement non collectif dont vous devez assurer l'entretien régulier (art. L. 1331-1-1 du Code de la Santé Publique).